La relation entre l'Avocat et son client est multiple : il s'agit avant tout d'une relation de confiance, et d'une relation couverte par le secret professionnel, avant d'être également et évidement une relation d'affaire.

Une relation de confiance : la mission de l'avocat est d'aider son client, et ce quelle que soit la question ou la difficulté à résoudre. Cela suppose donc un échange entre les deux parties, échange qui ne pourra être utile que si le client parle librement à son avocat et avec la certitude que ses propos ne seront pas répétés.

A savoir : étant auxiliaire de justice, l'Avocat est légalement habilité à assister et à représenter ses clients en justice sans avoir à justifier d'un mandat écrit (sauf cas particuliers, notamment en matière pénale). On mesure alors l'importance de la confiance puisqu'un Avocat va agir et s'exprimer devant une juridiction pour le compte de son client et engager ce dernier.

Une relation couverte par le secret professionnel : le secret professionnel de l'Avocat est d'ordre public, général, absolu et illimité dans le temps (article 2.1 du règlement intérieur du Barreau de Paris). Le secret est donc une garantie essentielle pour le client qui peut être assuré que rien de ce qui sera confié à l'Avocat ne sera divulgué à des tiers.

Une relation d'affaire : lorsque quelqu'un requiert l'assistance d'un professionnel du droit, il s'attend à ce que ce dernier lui rende un service contre rémunération. Contrairement à une idée fort répandue, il n'existe pas d'Avocat "gratuit". Lorsque le client n'est pas en mesure de rémunérer un Avocat, c'est l'Etat qui prend en charge cette rémunération, fixée forfaitairement (aide juridictionnelle).

A savoir : de nombreux sites affichent la mention trompeuse de "spécialiste en droit....", pensez à vérifier sur les annuaires des différents barreaux si les Avocats en question sont vraiment titulaires d'un certificat de spécialité.